Bruit & Silence

istock.com/Tuned_In

Le bruit rend malade

Autrefois, un bruit élevé inhabituel était perçu comme un signal de danger. C’est pourquoi le corps se met en état d’alerte en cas de bruit et se prépare à la fuite. Aujourd’hui bien que nos conditions de vie soient différentes, notre corps réagit toujours de la même façon. Exposé à un bruit excessif, il sécrète des hormones de stress. Il en résulte une vigilance accrue ainsi qu’une augmentation de la tension artérielle et du rythme cardiaque. Notre corps ne s’habitue pas au bruit- malgré une impression subjective contraire. Si nous sommes régulièrement exposés au bruit, alors celui-ci peut rendre notre corps malade. Ce ne sont pas seulement les adultes qui sont affectés mais aussi les enfants.

Les enfants sont particulièrement menacés

Les enfants sont particulièrement exposés, d’une part, parce qu’ils n’ont pas la compréhension des effets nocifs du bruit et d’autre part, ils peuvent difficilement influencer leur environnement sonore. Alors que les adultes et les enfants plus âgés, en cas d’exposition, peuvent s’éloigner de la source des nuisances sonores excessives, ou se boucher les oreilles, les nourrissons et les enfants en bas âge se trouvent souvent livrés à ces niveaux sonores. En plus, du fait des particularités anatomiques du conduit auditif chez l’enfant, à intensité égale, le bruit est perçu plus fort. Un risque particulièrement élevé demeure jusqu’à l’âge de 5 ans.   istock.com/Gewoldi

Les effets du bruit excessif

Les parents ne sont souvent pas conscients qu’une exposition excessive au bruit peut avoir sur les nourrissons et les enfants des répercutions à vie. De plus, même des niveaux sonores qui ne sont pas nocifs pour l’ouïe, suffisent pourtant à impacter l’organisme entier. Une exposition chronique au bruit peut provoquer des réactions physiques et psychiques liées au stress. Une hypertension artérielle et des troubles du sommeil peuvent, par exemple, en résulter. Ces derniers sont particulièrement délicats parce que les réactions de réveils, de très courte durée, sont bien souvent inconscientes, c’est pourquoi elles passent inaperçues relativement longtemps. Etant donné que les enfants dorment davantage, ils sont plus fortement exposés au bruit nocturne. Celui-ci peut perturber le bon développement de l’enfant. Les enfants, qui souffrent déjà d’hypertension artérielle, ont un risque accru de contracter des maladies cardio-vasculaires à l’âge adulte. En lien avec les troubles du sommeil et le stress dus au bruit, obésité et diabète ont été aussi constatés. Hyperactivité et troubles du comportement ont également été mis en relation avec une exposition excessive au bruit.

istock.com/danaka

Une exposition prolongée au bruit entraîne, en outre, une baisse des performances cognitives.
Le bruit affecte la mémoire ce qui réduit la capacité de concentration et d’attention. Et par conséquence, le processus d’apprentissage est aussi ralenti. Une étude en Allemagne a montré qu’avec une hausse du niveau sonore de 10 décibels, les enfants apprenaient à lire avec un mois de retard. Cela semble peu, à noter cependant que ce retard se répercute sur toute la durée de leur parcours scolaire.

Le bruit ambiant a des effets nocifs sur le développement du langage. Lorsque la radio ou la télévision sont allumées en permanence, en fond sonore, les enfants éprouvent des difficultés à discerner du bruit ambiant, les mots de la personne qui s’occupent d’eux. En outre, on s’adresse moins souvent directement à l’enfant. Ce qui est problématique pour le langage parce que les enfants apprennent à parler en écoutant.

L’exposition, à des niveaux sonores de 100 dB à 120 dB, de quelques minutes à plusieurs heures, peut causer des dommages mécaniques et métaboliques dans l’oreille interne allant jusqu’à des lésions auditives. A un niveau sonore de 130 dB, même seulement quelques secondes suffisent. Même un faux pistolet pour jouer produit aussi, à une distance de 25 cm de l’oreille, 150 dB! Les jouets bruyants pour enfants, tout comme l’écoute de la musique à fort volume ont conduit à une augmentation de la déficience auditive chez les enfants et les adolescents. Le coté particulièrement sournois des troubles auditifs est qu’ils évoluent lentement et à notre insu.

Que faire? Protection acoustique dans la vie de tout les Jours

Que pouvons-nous faire pour protéger les enfants du bruit au quotidien ? Des mesures très simples peuvent aider :

  • Testez vous-même la qualité sonores des jouets avant de les acheter.
  • Ne laissez pas en permanence la radio ou la télévision allumée.
  • Veillez à ce que votre enfant puisse bénéficier d’un sommeil profond. Aménager la chambre des enfants, lorsque c’est possible, dans la partie de l’habitation, côté mur opposé à la rue. Baissez le volume de la radio, de la télévision et des conversations si les enfants dorment dans la pièce voisine.
  • Evitez d’allez à des manifestations bruyantes avec vos enfants.
  •  Accordez-vous et à vos enfants des plages de repos : dix minutes de détente suffisent déjà à favoriser les aptitudes cognitives, notre santé et notre bien-être.

  L'acccroche-porte aux couleurs gaies rappellera combien le calme est essentiel à un bon développement.
Début de la page